Les souvenirs (2015)

Voici le dernier film de Jean-Paul Rouve. Après les centres de vacances dans Nos jours heureux, Jean Paul Rouve s’attaque à la famille et notamment à la fin d’une vie pour une vieille femme qui, bien qu’ayant une grande famille, se retrouve en maison de retraite.

Madeleine a 3 enfants et au moins un petit fils. Après la mort de son mari, elle fait une chute chez elle qui inquiète beaucoup ses enfants car, sans la voisine qui l’a aperçu par la fenêtre, elle aurait pu rester à terre très longtemps. Après cet épisode, ils décident de la placer en maison de retraite et, sans le lui dire, vendent son appartement. Sans les visites de son petit fils, la vie serait bien monotone pour Madeleine et la vente de son appartement est la goutte qui fait déborder le vase; elle choisit de quitter sa maison de retraite sans prévenir personne et disparaît.

Pour plus d’info, voir la bande-annonce ici 

Le film est servi par un casting d’acteurs de choix: Annie Cordy, Michel Blanc, Jean- Paul Rouve, Mathieu Spinosi et Chantal Lauby. Les personnages sont à la fois drôles et attachants; j’ai retrouvé le même cocktail délicieux qu’au temps de Nos jours heureux. Bien que partant d’une histoire triste, le film touche au juste mélange entre l’émotion et la drôlerie, le couple Cordy/Spinosi fonctionne à fond et je dois avouer que j’ai un faible pour le moment de leur rencontre avec le peintre :p.

Rouve s’est fait une place humble dans son propre film, ombre qui plane au-dessus, sans y être trop présent. La musique choisie est elle aussi tout à fait adaptée au thème et je dois dire qu’elle m’est restée dans la tête bien après avoir quitté le cinéma. D’ailleurs, pour une fois, la salle de mon petit cinéma de quartier était bien remplie. Un bonus pour la réplique du policier: « Première question: Est-ce que votre mère est majeure? » et pour l’expression de Michel Blanc à ce moment ! 🙂 J’adore aussi la gérante de l’office du tourisme qui donne au héros des conseils pour se suicider alors qu’il veut juste retrouver sa grand-mère.

En bref, avec ce film, Rouve signe un témoignage émouvant de la difficulté de la perte d’autonomie, réelle ou forcée, à travers une grand-mère touchante et juste. J’ai particulièrement apprécié en temps que maîtresse le moment où la grand-mère retourne au CE2, classe qu’elle avait dû quitter à cause de la guerre.  C’est une bonne idée, ça pourrait être original d’avoir une mamie dans sa classe pour une journée, ça changerait…. En tout cas, je vous recommande fortement ce film qui donne le sourire et est une très belle leçon de vie!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s